Image
Top
Navigation
10 juin 2011

The Great British Art Debate

Bannière de The Great British Art Debate

4 musées anglais (Tate Britain, Tyne & Wear Archives & Museums, Norfolk Museums & Archaeology ServiceMuseums Sheffield) se sont associés pour lancer un grand débat sur l’art britannique qui dure plus longtemps qu’une conférence et qui repose aussi en grande partie sur des événements (conférences, expositions…) : The Great British Art Debate.

Logos des 4 musées britanniques associés

Pour répondre à la grande question  « Que signifie l’art pour vous ? », les 4 musées impliquent les visiteurs et les internautes dans une réflexion collective organisée selon plusieurs grandes thématiques complémentaires et riches de sens, même prises individuellement. Voici les 5 questions actuellement proposées au débat :
- L’idée qu’il existe un art britannique est-elle une idée fantaisiste typiquement britannique ?
- L’art est-il trop populaire ?
- L’art ancien apporte-t-il quelque chose au monde contemporain ?
- Le public devrait-il avoir son mot à dire en ce qui concerne la programmation des musées ?
- L’art doit-il être bon/beau pour vous ?

Le partenariat entre ces 4 grands musées permet de valoriser les collections britanniques : Watercolour, John Martin, Restless Times et Family Matters sauront à la fois montrer la variété du patrimoine pictural du pays et susciter un questionnement sur la vie d’aujourd’hui.

Ce que je ne vous ai pas encore dit, et c’est peut-être le plus important, c’est que ces échanges seront concrétisés par une participation à la conception de l’exposition Family Matters : du 21 novembre au mois de mai 2012, une salle sera composée des œuvres choisies par les visiteurs-internautes ! Pour participer, vous devez sélectionner une œuvre qui pour vous illustre la notion de famille en argumentant votre choix. Les conservateurs choisiront  4 œuvres accompagnées de leurs commentaires et les intégreront au parcours de l’exposition de la Tate Britain !

Le portail centralise actualités, vidéos, blog,  mini-débats et les contenus co-produits via les médias sociaux qui sont réellement au cœur du dispositif (Twitter, Facebook, You Tube). L’internaute est souvent apostrophé et parfois même un peu … provoqué. Pour illustration, regardez donc cette vidéo. A la question « Le public devrait-il avoir son mot à dire en ce qui concerne la programmation des musées ? », un jeune homme répond par une comparaison que je vous laisse découvrir… le ton est donné et tout est fait pour faire réagir.

Comments

  1. Merci :) If you would like to find out anything else about GBAD, please drop me a line and I’ll try to answer – though not in French I’m afraid. ;)

Submit a Comment