Image
Top
Navigation
12 juin 2012

Réflexions sur les QR code dans les musées

Je viens de lire l’article de Clairey Ross concernant l’usage des codes QR dans les musées et cela m’a tout de suite fait penser aux différentes réflexions que j’ai eu ces dernières années dans le cadre de la Nuit européenne des musées.

En mai 2010, nous lancions la première édition de la Nuit Tweete avec une affiche propre à l’opération ainsi qu’une version mobile de la page de présentation de l’opération. Pour que cette opération soit la plus connectée et mobile possible, nous avions apposé un code QR sur l’affiche de la Nuit Tweete mais aussi sur l’affiche officielle de la Nuit européenne des musées 2010.  A lire, cet excellent article qui parle de la campagne de communication de la Nuit européenne des musées 2010. Il faut savoir que ces deux affiches ont eu une diffusion très large sur Paris et en France entière.

Au final, 470 mobinautes ont flashé le code QR.
Nous avions 800 abonnés sur Twitter et le hashtag a été utilisé 1 246 fois le soir de la Nuit européenne des musées 2010.

Étions-nous trop en avance par rapport aux usages des français ? Sûrement, mais en regardant les chiffres de 2012 répertoriés dans l’article de Clairey Ross, je ne vois pas une très grande évolution.

En 2011, l’opération La Nuit Tweete a été renouvelée avec cette fois-ci un site internet dédié à l’opération en plus de l’affiche. Un code QR pointant vers le site dédié de la Nuit Tweete avait été mis sur les affiches de l’opération mais plus question de les mettre sur les affiches officielles. Le nombre d’utilisation du code QR est si petit que nous ne l’avons pas trouvé dans les statistiques.

Nous avions 2 800 abonnés sur Twitter et le hashtag a été utilisé 2 065 fois le soir de la Nuit européenne des musées 2011.

En 2012, nous avons décidé de ne plus utiliser les codes QR pour faire la promotion de La Nuit Tweete mais de mettre tout simplement le hashtag officiel de la Nuit européenne des musées 2012 sur l’affiche officielle. Au final, cela ne nous a pas manqué et le message est bien passé.
Nous avions 7 800 abonnés sur Twitter et le hashtag a été utilisé 2 767 fois le soir de la Nuit européenne des musées 2012.

Mais je me pose toujours beaucoup de questions sur les codes QR, ne les utilisant pas personnellement et ne voyant personne flasher une affiche dans le métro. Est-ce simplement un outil qui vient combler un manque crucial de connexion entre les supports réels et le virtuel ? Sommes-nous dans une phase de transition technologique et le code QR est-il notre « bouche trou » ?

A lire : l’article de Shelley Bernstein donnant son point de vue sur la question  et ici aussi !